ABONNEZ-VOUS    I   CONNECTEZ-VOUS  I   RECEVEZ LA NEWSLETTER  I   AIDE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

sexisme ordinaire Créé le lundi 21 mai 2012 15:50 Écrit par La Rédaction
E-mail

Les justifications du patron de l'UMP, qui n'a investi que 25% de femmes aux législatives, peinent à convaincre.

La suite de cet article est accessible sur abonnement.
Vos abonnements permettent aux nouvelles news d'exister.

E-mail
 

Commentaires (Abonné-e : connectez-vous pour commenter)   

 
#2 @nowonshowSeb. 24-05-2012 08:49
Je suis d'accord avec votre critique de cette vison comptable de la parité. Il y a d'ailleurs un problème induit par cette approche dont je m'étonne de ne jamais entendre parler. C'est une réalité, les hommes blanc et d'un âge relativement avancé sont surreprésentés dans les instances décisionnelles, politiques comme économiques. Ce qui me pose problème avec les quotas, c'est que l'on ne va pas virer les gens déjà en place. C'est relativement compréhensible, c'est gens ont une compétence et une expérience. Ils partirons lorsqu'ils auront fait leur temps. Cependant pour respecter les quotas, ces vieux monsieur seront remplacés par des jeunes femmes. C'est donc les jeunes hommes qui vont faire les frais de cette politique pour un état de fait dont ils ne sont ni responsables, ni bénéficiaires. C'est une une forme de responsabilité collective dont on hériterai en fonction de son sexe, le fils devenant débiteur d'une situation dont le père a bénéficié, et la fille créancière du préjudice subi par sa mère. Cette transmission sexuée a finalement quelques points communs avec la loi salique.
Citer Signaler à l’administrateur
 
 
#1 La ruinenowonshow 21-05-2012 23:28
Pays de comptables. D'épiciers. Normalité, quotas, parité, égalité au sens d'un bilan qui serait en équilibre (EGALITE, c'est le titre de Libération au lendemain de la constitution du gouvernement !), multiplication des radars en tous genre (sur la route et dans les esprits), délation, stigmatisation, injonctions, inflation de règles et règlements. Responsabilité, oui, de certains médias qui, au prétexte de donner la parole au "peuple“ — un vulgaire fonds de commerce —, ne font que participer d'une caricature de la démocratie. Médiocrité à tous les étages, avec la complicité des élites : les politiques se satisfont de cette situation, voire s'y soumettent, les intellectuels ont renoncé à se faire entendre. Un tel contexte, et le régime Sarkozy y a largement contribué, ne peut que nuire au pays. En résumé : continuité dans la différence. Voire dans l'indifférence, tellement on se lasse de cette ambiance. Et puis, au final, tout ça pour quoi ? LA RUINE.
Citer Signaler à l’administrateur
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

LA SELECTION

Unes4 138x180

DOSSIER

Stéréotypes dans les médias, à l'école, dans les jouets, le sport...

En savoir +

SEXISME ORDINAIRE

"J'en jouis encore ! Ca vous choque que je parle d'orgasme ?" La dernière provocation graveleuse du...
Le président de la FFF se montre satisfait du parcours des Bleues en Coupe du Monde de foot mais laisse...

DON

SOUTENEZ LES NOUVELLES NEWS, FAITES UN DON (défiscalisé à hauteur de 66 %)

jaimelinfo_300x100

DANS L'ACTUALITE

Le classement des 100 célébrités les mieux payées du magazine Forbes, reflet doré des inégalités...
Trois ans et demi après les premiers témoignages, la justice étudie le bien-fondé d'un recours...
A l'image des deux premières, Angela Merkel et Hillary Clinton, de nombreuses politiques figurent parmi...
Google célèbre ce 26 mai la première Américaine dans l'espace, en 1983. Sally Ride a aussi contribué...

Les nouvelles brèves

La loi qui pénalise les clients de prostituées entre en vigueur en Irlande du Nord. En France, la proposition...
Le parti écologiste "invite les journalistes concernées à signaler au Bureau exécutif d’éventuelles...
La poétesse, écrivaine et journaliste libanaise ne pourra pas participer au « Printemps de la...

Débat du moment

Qu'est-ce que la richesse ?

Et si on changeait d'indicateurs pour orienter autrement les politiques publiques ?

Réagir !

Plus de Nouvelles News